En certaines occasions, il est intéressant de se remémorer les origines de notre métier. Le 21 avril marque le 200e anniversaire de la découverte et de la démonstration des forces électromagnétiques par le Danois Hans Christian Oersted. Rendons hommage à cette trouvaille de génie qui ouvrit la voie à la révolution électrique.

 Hans Christian Oersted naquit en 1777 à Rudkobing, au Danemark. Il fut d’abord instruit par son père, pharmacien de métier, et montra rapidement un intérêt pour les sciences. Il suivit alors des études de physique, de philosophie et de pharmacie à l’Université de Copenhague, où il obtint son diplôme.

Si de nombreux textes présentent la découverte de l’électromagnétisme comme un cygne noir, le pur fruit du hasard, nous pouvons affirmer qu’elle a nécessité un certain intérêt scientifique doublé d’une bonne dose de chance. Oersted s’intéressait déjà au lien possible entre l’électricité et le magnétisme, un sujet qu’il avait abordé avec des scientifiques allemands et français lors de ses voyages en Europe. Disons qu’il cherchait « quelque chose » que sa persévérance, ses connaissances et la chance, qui sourit aux audacieux, lui ont permis de trouver.

Le 21 avril 1820, tandis qu’il mène une expérience sur une pile voltaïque de 15 ou 20 volts, il observe que le

Pour lire la suite de cet article

Inscrivez vous gratuitement au Prysmian Club

Je m'inscris !
Pas encore inscrit.e ?

Rejoignez-nous

Bénéficiez de nombreux conseils, d'outils pratiques ou encore d'informations professionnelles sur votre secteur grâce au Prysmian Club, l'ensemble, gratuitement.