Pour qu’un chantier avance, il a obligatoirement besoin d’électricité. Pas toujours évident de disposer des infrastructures nécessaires lorsque l’on part d’un terrain nu. La société Gounot, implantée à Boissy-Saint-Léger (94), en a fait sa spécialité. Sur le projet du Grand Paris, les volumes sont importants et les besoins multiples. Zoom sur un chantier hors norme avec Ringo Azevedo, directeur général.

 

PC : En quoi consiste votre activité ?

Ringo Azevedo : L’entreprise Gounot compte aujourd’hui 25 personnes et existe depuis plus de 40 ans. Nous sommes spécialisés dans l’installation provisoire de chantier sur le plan électrique. C’est simple, pour qu’un chantier se fasse, il lui faut de l’électricité. Nous intervenons en amont des travaux sur les projets d’ouvrage en TP ou BTP. Nous dimensionnons et mettons en place les câbles soit en enterré, au sol sous fourreaux ou en aérien pour de la haute tension comme de la basse tension. Nous réalisons également tout ce qui est en rapport avec les armoires électriques et les alimentations des diverses machines.

 

PC : Comment êtes-vous arrivés sur le projet du Grand Paris ?

RA : Nous avons la chance d’être implanté géographiquement sur le tracé du Grand Paris et principalement à l’Est de Paris. Notre compétence en haute tension est reconnue par Enedis ce qui nous permet d’être fréquemment présent sur ce type de projet. Naturellement, nous avons participé à ce projet depuis le début et nous avons été mandatés par les titulaires des lots.

 

PC : En quoi consiste votre rôle sur ce chantier ?

RA : Notre mission consiste à réaliser l’installation électrique en domaine provisoire depuis la source Enedis. Les besoins sont définis par des bilans de puissances et des notes de calcul. Cela va de l’alimentation des machines des tunneliers en passant par les grues jusqu’aux différents type d’éclairage. Pour cela nous gérons la transformation du 20 000 volts d’Enedis en 400V à l’aide de transformateur.

 

PC : En quoi, le chantier du Grand Paris est-il différent ?

RA : Par son ampleur et son besoin en grand volume, que ce soit matériel ou humain, avec un premier objectif qui est 2024 pour les JO. Dans notre métier, nous partons souvent de rien, d’un terrain vague ou d’un ancien site détruit. Notre métier nous oblige à travailler dans des conditions souvent rudes en raison de l’état du site, des conditions climatiques et des délais d’exécution très courts.

De plus, les installations doivent être réalisées stratégiquement pour ne pas gêner l’évolution du site au fur et mesure de l’avancée du chantier. Et là, nous ne parlons que de la première phase du projet qui va se prolonger jusqu’en 2030.

 

PC : Pourquoi avoir choisi de travailler avec les câbles Prysmian ?

RA : Jusqu’à présent nous sommes présents sur tous les lots attribués, cela représente beaucoup de volume de câbles et donc beaucoup de stock. Il nous fallait avant tout un partenaire qui nous assure la qualité et la quantité. Nous intervenons en fonction de l’évolution du chantier et des besoins, pas question de manquer de matériel ou d’avoir des produits difficiles à travailler !

Pour la partie haute tension seule, par exemple, nous avons commandé près de 30 km de câbles !

Nous avions déjà l’habitude de travailler avec Prysmian mais le Grand Paris a fortement accentué le partenariat puisque la marque nous accompagne sur quasiment tous les chantiers du projet.

 

Pour en savoir plus :

http://www.gounot.fr

 

 

Le projet du Grand Paris en bref

Le Grand Paris vise à faire de la capitale française, une métropole du 21ème siècle. Le projet passe par l’amélioration du cadre de vie des habitants, la correction des inégalités territoriales et la construction d’une ville durable. Il s’appuie sur la création d’un réseau de transports publics« Le Grand Paris Express ». Ce réseau prévoit la construction d’un métro automatique autour de Paris qui permettra d’améliorer l’offre de transports de banlieue-à-banlieue, et d’éviter le passage obligatoire par le centre de la capitale. Long de 205 km, le nouveau réseau sera composé de quatre lignes et deux extensions toutes automatiques.72 gares, dont 57 nouvelles, seront desservies. 2 millions de voyageurs emprunteront chaque jour ce nouveau réseau.

Pour en savoir plus :

http://www.grand-paris.jll.fr