Dans l’air comme sur l’eau, les câbles Prysmian sont de tous les voyages. 

L’usine de Draka Fileca, située à Sainte-Geneviève dans l’Oise, en sait quelque chose. Habituées des productions à destination de l’aéronautique et du spatial, les équipes ont dernièrement changé d’élément pour équiper le bateau de course de Giancarlo Pedote. Autre application mais même expertise technique et contraintes particulières.

« A Sainte-Geneviève comme sur notre site du Mexique, nous ne fabriquons que des câbles qui touchent à l’aéronautique et au spatial » explique Philippe Flament, directeur de la filiale Draka Fileca du groupe Prysmian. « Nous sommes rodés aux câbles soumis à de fortes contraintes mécaniques, physiques, chimiques et à des températures très élevées. Pour augmenter leur résistance  et leur conductivité sans les alourdir, la grande majorité des câbles produits sur le site sont soit nickelés par électrolyse soit en cuivre argentés. Nous travaillons avec du rubanné et pas de l’extrudé. C’est un procédé historique très particulier ». 

C’est donc tout naturellement que Giancarlo Pedote et son équipe se sont tournés vers l’usine pour équiper son bateau. « Les conditions en mer sont difficiles. Il fallait un câble qui puisse résister aux embruns, aux vibrations et aux changements de températures importants ».

Qu’à cela ne tienne, défi relevé par l’équipe de Philippe Flament.

En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, c’est 1 km de câble qui a été livré sur le bateau. Il est principalement destiné à relier la tête de mât aux équipements.

Une techno maîtrisée

« Sur la base du cahier des charges de Giancarlo, nous avons développé un câble spécifique avec 8 conducteurs de couleurs différentes. Nous maitrisions déjà la technique, ça n’a donc pas été compliqué de le fabriquer. C’est notre façon de participer à cette belle aventure. Les valeurs de la course, la nature, l’engagement nous parlent. On a apporté notre petite pierre à l’édifice et on est très fier de l’avoir fait. »

L’usine de Sainte-Geneviève n’en est d’ailleurs pas à son coup d’essai. L’équipe a en effet déjà produit des câbles pour alimenter les panneaux photovoltaïques du bateau Energy Explorer et de l’avion Solar Impulse de Bertrand Picard.

Le saviez-vous ?

Dans un A320, il y a plus de 100km de câbles !!