La 10ème édition des États Généraux des Réseaux d’Initiative Publique (EGRIP) s’est tenue à Deauville le 27 mai dernier. Cet évènement annuel vise à favoriser les coopérations public-privé dans le domaine du déploiement des réseaux Très Haut Débit. L’objectif est entre autres de lever les freins qui empêchent encore certains foyers d’accéder à la fibre. Prysmian, ainsi que les autres acteurs du secteur, était bien sûr au rendez-vous. 

Le contexte de crise sanitaire l’a montré. Le numérique est aujourd’hui essentiel. 

Pour travailler, étudier, se soigner, se cultiver, se divertir ou bien juste communiquer, internet est indispensable. 

L’ambition d’une France 100% raccordée en fibre d’optique d’ici 2022 est donc plus que jamais d’actualité. 

Malgré la situation sanitaire, qui a compliqué le déploiement sur le terrain, l’année 2020 a tout de même battu des records d’installation, surpassant le niveau déjà historique de 2019. 

Ce sont près de 5 millions de prises FTTH qui ont ainsi été installées l’année dernière, amenant à près de 24 millions le nombre de prises raccordables ! 

Une preuve de la forte croissance. 

Rejoignez le Prysmian Club gratuitement

Des vidéos, des tutos, des formations pour les électriciens et les Pros des télécoms et de la fibre

Il reste malgré tout de profondes inégalités dans l’accès à internet. Beaucoup de prises installées sont désormais raccordables, mais non raccordées. 

L’objectif de ces derniers mois s’est donc déplacé. Il est aujourd’hui nécessaire de passer rapidement du « raccordable au raccordé ». 

Rapidement oui, mais pas n’importe comment…

Certains freins comme l’utilisation des appuis communs, le mode STOC (Sous-Traitant Opérateur Commercial), les problématiques d’élagage ou d’adressage, sont encore présents.

Le rendez-vous des Etats Généraux des RIP est l’occasion de soulever les problèmes rencontrés afin de trouver des solutions adéquates, opérationnelles et durables. 

Marc Leblanc, Directeur Commercial Europe du Sud Solutions Télécom de Prysmian et Président d’Objectif Fibre a notamment rappelé l’importance des bonnes pratiques. Des bonnes pratiques, qui doivent s’appliquer à toute la filière, de l’industrialisation à la pose, et qui sont le gage d’un réseau de qualité et durable. 

Grâce aux guides, édités par Objectif fibre, et complétés cette année par leurs versions numériques, les bonnes pratiques sont désormais identifiées, partagées et toujours accessibles. 

Les EGRIP ont également été l’occasion de rappeler que la question de la qualité devait être abordée dès le parcours de formation. Les centres de formations référencés par Objectif fibre doivent, à ce titre, répondre à un cahier des charges attestant de leur caractère opérationnel. Ce cahier des charges prévoit notamment la présence d’appartement témoin permettant l’entrainement grandeur nature au savoir-faire et au savoir-être.  

Rappelons en effet, qu’en plus d’être une source d’accès à internet, le secteur de la fibre est également une source non négligeable d’emploi ! De nombreux métiers ont déjà été créés dans ce secteur. Et de nouveaux métiers seront également nécessaires dans l’après-fibre.  

https://www.objectif-fibre.fr/page/comment-deployer-un-reseau-tdh-de-qualite