Fournisseur incontournable de câbles marins sur plus de 30 parcs éoliens en Europe, Prysmian Group s’inscrit également en tant qu’acteur de la transition énergétique sur le territoire français. Aujourd’hui, 4 parcs éoliens sont déjà en cours sur les côtes normandes et bretonnes : Fécamp, Courseulles-sur-Mer, Saint Nazaire et Saint Brieuc.

 

Des projets d’envergure au service du développement durable

Dans un contexte mondial, où le réchauffement climatique est au cœur de toutes les préoccupations, le développement des parcs éoliens fait partie des grands chantiers énergétiques à mener. Aujourd’hui en France, la production d’énergie éolienne est principalement implantée sur terre mais de nombreux chantiers sont en train de voir le jour en mer à Fécamp (Seine-Maritime), à Courseulles-sur-Mer (Calvados), à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), au Tréport (Seine-Maritime), à Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor), à Noirmoutier (Vendée) et à Dunkerque (Nord-Pas-de-Calais). Prysmian Group est fournisseur principal sur plus de la moitié de ces projets qui verront le jour entre 2022 et 2027.

 

Quelques informations sur ces projets :

Sur le parc de Fécamp, 71 éoliennes de 7 MW de puissance unitaire sont en cours de construction. La mise en service est prévue pour 2023.

A Courseulles-sur-Mer, ce sont 64 éoliennes qui seront implantées en mer pour une puissance totale de 448 MW sur une surface de 45 km2.

A Saint-Nazaire, on compte 80 éoliennes sur le parc en construction, soit 116 km de câbles interéoliens.

Du côté du parc de Saint-Brieuc, on a vu apparaître dernièrement les cinq premières fondations jackets.

  

Prysmian Group installe le premier câble sous-marin sur le parc de Courseulles-sur-mer 

A Courseulles-sur-Mer, le projet a passé une étape majeure de l’installation : le premier câble électrique sous-marin a été raccordé. Et pas n’importe quel câble, puisque c’est celui qui fournira l’électricité sur le territoire.

Cette opération s’est menée en deux temps : le tirage du câble jusqu’à l’atterrage et le déroulage en mer. De façon concrète, le câble électrique est tiré du bateau câblier, situé à 3 km des côtes, jusqu’à la terre grâce à un treuil installé à Bernières-sur-Mer. Nous ne comptons pas moins de 150 personnes pour réaliser cette opération, qui pour Prysmian Group et Eiffage Travaux (autre partenaire du chantier) représente le plus long tirage de câble en Europe. Une fois cette étape réalisée, 12 km de câble électrique seront déroulés par bateau câblier en direction de la zone du parc éolien en mer.

 

Œuvrant pour une énergie plus verte, Prysmian Group s’inscrit également dans une démarche de protection des fonds marins, puisque d’ici octobre 2022, le câble sera enfoui au fond des mers afin de permettre aux pêcheurs de reprendre leurs activités sans restriction.

Lorsque le parc de Courseulles-sur-Mer sera en marche, il produira l’équivalent de la consommation annuelle de 90% de la population du Calvados (630 000 personnes).

C’est en s’associant à la force de la nature avec les besoins actuels en énergie, que Prysmian Group s’inscrit comme acteur incontournable du développement durable.

 

La construction de ces parcs et leur enjeu sur le plan climatique, fait écho à l’actualité et aux fortes chaleurs auxquelles nous sommes confrontées en ce moment. Le réchauffement climatique est l’affaire de tous.